Les cafés des chats au Japon

Une occasion de faire des câlins pour ceux qui ne peuvent avoir d’animaux chez eux

Que pouvez-vous faire si vous êtes un véritable ami des animaux, mais que le règlement de votre appartement vous interdit d’avoir des chats ou que celui-ci est trop petit pour eux? Si vous êtes à Tokyo, les cafés des chats sont conçus expressément pour vous! Après tout, nombreux sont les gens qui désireraient avoir la compagnie d’un animal, mais qui ne peuvent tout simplement pas en garder un à la maison. Ces cafés, ainsi que leurs «employés» félins, peuvent améliorer le quotidien de leurs clients tout comme un animal familier le ferait, même si ce n’est que pour quelques heures à la fois.

Imaginez-vous une pièce adaptée aux besoins des chats, où se trouveraient des griffoirs, des arbres à chat et des jouets éparpillés sur le tapis ainsi que quelques meubles pour les humains, comme des chaises et des divans. C’est en plein ce à quoi ressemble un café des chats de l’intérieur. Les chats qu’abritent ces cafés sont, comme vous pouvez vous en douter, plutôt sociables, et de nombreux clients viennent faire un tour après le travail afin de combler leur besoin de faire des câlins à un compagnon félin.

La plupart des cafés des chats établissent des règles afin de veiller à ce que les chats ne soient pas importunés. Par exemple, il est interdit de les réveiller lorsqu’ils dorment et de les prendre dans ses bras contre leur gré. De plus, les lumières sont tamisées le soir afin qu’ils puissent faire leur sieste paisiblement. Comme les cafés ferment à 22 h, les chats disposent d’un long temps d’arrêt avant l’heure de réouverture plutôt tardive de l’établissement le matin.

Les clients des cafés des chats sont souvent de jeunes professionnels qui n’ont pas le temps ni l’espace pour avoir un chat, mais qui désirent tout de même goûter à la joie que procurent les interactions avec des animaux. «Cet endroit n’est pas sur mon chemin lorsque je sors du travail, mais même quand je suis plutôt fatigué, je m’y arrête toujours, a indiqué Kazunori Hamanaka, un habitué du café des chats, à Reuters. C’est vraiment apaisant.» De nombreux clients viennent souvent et ont même leurs chats préférés. Ils passent du temps avec eux presque comme s’ils étaient leurs propres animaux familiers. Bon nombre de clients s’adonnent à la photographie des chats. De plus, plusieurs clients tiennent même des blogues où ils publient les photos qu’ils ont prises dans ces cafés.

Les cafés des chats de Tokyo demandent de 1 000 à 1 200 yens (de 13 à 15 $) pour passer une heure dans la salle des chats. Souvent, les cafés proposent un service de restauration, font jouer de la musique et mettent des appareils photo et des jeux vidéo à la disposition des clients. Toutefois, de nombreux clients apportent tout simplement des livres et s’assoient tranquillement avec les chats.

Le premier café du genre a ouvert ses portes à Taïwan en 1998. Depuis, de nombreux autres se sont établis en Chine continentale et bien sûr, au Japon. Cela dit, un café des chats est ouvert depuis peu à Vienne. Il est donc possible que ces établissements deviennent de plus en plus nombreux en Occident. Comme il y a de nombreuses personnes en Amérique du Nord qui vivent dans des endroits où les animaux ne sont pas autorisés ou pourraient être malheureux, il semblerait que quelques cafés des chats pourraient être les bienvenus ici aussi. Qui sait? Leur implantation est peut-être sur le point de se faire.