Faites connaissance avec Brenda, directrice, Marketing, Acquisition d’animaux familiers Purina

Questions et réponses avec Brenda, directrice, Marketing, Acquision d’animaux familiers, Purina

Pourquoi aimez-vous travailler dans le domaine du bien-être des animaux?

J’adore ce domaine parce que j’ai pu constater combien mes animaux ont aidé ma propre famille. J’ai cinq animaux et j’ai grandi sur une fermette. Nous avions beaucoup d’animaux, et mes parents nous ont enseigné tôt la façon d’être humain envers un animal. Ils croyaient que nous devions les aider à être heureux, parce qu’être heureux favorisait leur santé, ce qui était bon pour la ferme. J’ai toujours été sensible envers la nature en général.

Mon mari, Jim, a aussi grandi sur une fermette, mais sa relation avec ses animaux était plus profonde, particulièrement avec son chien Ringo. Sa famille en avait plein les bras à la maison (son père a subi une crise cardiaque débilitante quand Jim vivait encore à la maison familiale) et je crois qu’il a cultivé une profonde relation avec ses animaux familiers comme moyen de tenir le coup. C’est lui qui m’a montré à passer d’une relation «responsable» à une relation «profonde», en laissant les animaux se rapprocher pour leur permettre de vous aider. À présent, dans notre famille, nous laissons tous notre relation avec nos animaux nous aider à gérer ce qui se passe dans notre vie quotidienne. Les animaux sont particulièrement bons pour mes adolescents. Ils les sortent de leur égocentrisme et dirigent leur attention sur des choses plus saines et sur le monde qui les entoure.

Brenda

Dites-m’en plus sur vos animaux.

J’en ai cinq: deux chiens et trois chats; deux femelles et trois mâles. Les chiens sont des mâles. Un s’appelle Monty, surnom de Bernard L. Montgomery, un général de guerre britannique qui a été déterminant au jour J de la Deuxième Guerre mondiale. C’est un mélange de labrador noir, très majestueux. Nous l’avons obtenu de l’APA du Missouri, et c’est un chien sensationnel. Mon autre chien, Chouteau, vient de la Humane Society of Missouri, et nous l’avons adopté dans le cadre d’un événement d’adoption à Purina, qui se trouve sur l’avenue Chouteau, d’où son nom. Mes trois chats s’appellent Phil, Lil et Liberty, qui est une chatte noire. Elle est très persévérante, un trait qui évoque la liberté chère au coeur des Américains. Phil et Lil sont frère et soeur. Nous les avons adoptés de Dr Ed, un vétérinaire à l’hôpital pour animaux Hillside et membre de la St. Louis PetLover Coalition. Ils ne pouvaient être séparés, donc nous les avons pris tous les deux.

Avoir des animaux familiers est-il bon pour vos enfants?

Il n’y a aucun doute. Les animaux qui facilitent les relations avec les adolescents sont une excellente chose. Parfois, ma fille va dans sa chambre et claque la porte; nous laissons Chouteau entrer parce qu’il aime lécher les gens et peut lui apporter du réconfort. Les animaux apportent leur aide de tant de façons. Je dis toujours que ce que je préfère du fait d’avoir des enfants et des animaux est que les animaux font ressortir un autre côté des enfants.

Mon fils de 16 ans est un athlète, il mesure 1,93 m et pèse 84 kg, en espérant atteindre 95 kg. Mais quand il assoit son grand corps musclé par terre avec mon labrador noir et qu’il caresse ses douces oreilles, il est tellement en harmonie avec ce chien, si tendre et si attentionné. Il est le contraire de ce qu’on s’attendrait d’un adolescent intense et prêt à l’attaque.

Comment a commencé votre carrière dans ce domaine?

J’ai eu de la chance dans ma carrière. J’ai commencé par une petite promotion sur le bien-être des animaux familiers il y a huit ou neuf ans. C’était un petit projet qui n’avait même pas de nom. Quand j’ai commencé ce projet, je suis devenue vraiment curieuse à propos du monde du bien-être des animaux familiers. Dans ce temps-là, je pensais qu’il était vraiment dommage que nous n’ayons pas de liens plus directs avec ce travail phénoménal.

Maintenant, nous avons des programmes fantastiques par l’entremise de liens plus directs. Nous appuyons le bien-être des animaux depuis des décennies, mais le faire par des associations plus directes était nouveau et semblait un bien meilleur moyen. Honnêtement, je crois que cette façon de fonctionner est naturelle pour Purina, car il y a tant d’amoureux des animaux parmi nous qui veulent en faire plus.

Comment votre carrière à Purina s’est-elle transformée en un poste pour le bien-être des animaux?

Le bien-être des animaux est devenu mon travail après qu’on m’ait transféré un petit projet pendant que je travaillais au marketing pour Puppy Chow. Le projet était de faire un chèque destiné à un organisme pour un programme baptisé «Homeless Homer Program». Ce programme ne portait pas la marque de Purina et n’avait pas de lien particulier avec notre entreprise. C’était pour nous une simple transaction. Cette commandite m’a fait prendre conscience qu’il y avait sûrement une meilleure façon de procéder. À partir de ce moment, Purina allait bâtir une relation directe avec ces organismes se consacrant au bien-être des animaux et devenir un partenaire de travail pour les aider à sauver des vies non seulement en leur donnant de l’argent, mais aussi en employant un savoir-faire en matière de marketing et d’organisations que seule Purina peut offrir. Pour apporter de l’aide, nous allions travailler aux côtés des experts en bien-être des animaux familiers. Nous avons restructuré Pets for People, et l’équipe Pro Plan a lancé Rally to Rescue, qui appuie les activités des organismes de protection des animaux partout au pays, et nous avions le vent dans les voiles.

J’ai quitté le chemin de la marque classique et je me trouve dans un domaine de travail spécialisé qui met l’accent sur des projets de bien-être des animaux, comme aider Purina à être en contact avec le travail concernant les animaux familiers et les communautés consacrées au bien-être des animaux. J’appelle cela du marketing communautaire. Nous sommes là pour accomplir un travail utile et significatif comme partenaire d’organismes de bien-être des animaux qui travaillent d’arrache-pied. Un des principaux projets auxquels nous travaillons est d’aider à modifier la perception qu’a le public des animaux qu’on trouve dans les refuges. Ce projet est dirigé par notre marque de nourriture Purina ONE.

Qu’avez-vous étudié à l’université?

Je suis ingénieure chimiste de formation. J’ai grandi sur une ferme en ayant une reconnaissance envers les animaux, et depuis que j’ai rencontré mon mari, je les aime. J’ai été ingénieure un an et je n’ai pas aimé ne pas pouvoir travailler avec les gens. P&G, où je travaillais, avait un programme de mutation qui permettait de passer au marketing. J’ai été chanceuse et j’ai obtenu une place, sans formation, au marketing de P&G. Je suis partie de là pour me joindre à Purina. Le marketing est mon élément: j’aime apprendre comment influencer les gens, les faire réfléchir et les toucher pour les guider à faire de meilleures choses tout en rendant les situations avantageuses pour les entreprises, les animaux et les gens.

Qu’est-ce qui vous empêche de dormir?

Penser à comment nous pourrions aider à mettre fin aux animaux sans abri par nos associations à ces organismes de calibre mondial. Nous pourrions aider d’une multitude de façons:

  1. Aider les familles à établir des relations plus solides et meilleures avec leurs animaux afin que les pépins des comportements animaliers ne soient pas une entrave.Aider les refuges et les organismes de protection des animaux à ne plus avoir à accomplir le difficile travail de secourir et de prendre soin de tant d’animaux sans abri et à passer à un travail différent dans la collectivité.3. Aider les éleveurs réellement responsables, car ils pourraient offrir de bons animaux familiers aux familles américaines au fur et à mesure que le nombre d’animaux en refuge diminue.